Trois rookies surveillés de près chez MP Motorsport

Après une saison d’absence, MP Motorsport effectuait cette année son retour en Formule Renault Eurocup. La structure ayant mené Jordan King et Oliver Rowland aux places de vice-champions en NEC et en Eurocup comptait sur trois pilotes soutenus par des Junior Teams F1. Nous avons tiré un premier bilan avec Sander Dorsman, Team Manager de l’équipe.

À l’issue de sa campagne de retour, MP Motorsport a vu Richard Verschoor intégrer le top dix du classement général. Auteur de son premier podium en fin de saison, le Néerlandais devançait Neil Verhagen, son partenaire au sein du Red Bull Junior Team. En parallèle, le pilote de la Renault Sport Academy Jarno Opmeer terminait également sa saison en beauté en signant son premier top cinq à Barcelone. Des progrès permettant à MP Motorsport de se classer quatrième chez les équipes. De quoi atteindre les objectifs du début de saison ?

Les raisons d’un retour

« Le nouveau format attrayant de la Formule Renault Eurocup a été la raison de notre retour », confiait Sander Dorsman, Team Manager de MP Motorsport en début de saison. « La catégorie reste le terrain d’entraînement idéal pour les pilotes ambitieux. L’an passé, nous avons vu à quel point Richard et Jarno l’étaient en SMP F4 NEZ ! Tous deux ont ainsi été détectés par le Red Bull Junior Team et la Renault Sport Academy. En parallèle, Neil a également été intégré au programme Red Bull pour faire ses débuts en Europe en Formule Renault Eurocup. Cela souligne également à quel point son potentiel semble immense. »

Un surplus de pression ?

Avec trois rookies appartenant à des programmes de jeunes pilotes menés par des écuries de F1, les hommes de Sander Dorsman ressentent-ils davantage de pression ?

« Honnêtement, je pense que la situation diffère peu par rapport aux autres cas », assurait le Team Manager de MP Motorsport. « Nous conservons la même approche que pour n’importe quel autre pilote. Nous envoyons par exemple des rapports à des personnes précises, mais cela change peu par rapport à nos traditionnels débriefings après les séances et les courses. »

« Par conséquent, je n’évoquerais pas de pression supplémentaire ! », précisait-il en guise de conclusion. « En revanche, cela fait évidemment une différence pour les pilotes. Ils sont presque dans l’obligation de briller, le soutien qu’ils obtiennent de ces écuries est fantastique et inestimable. Avec un support précieux en dehors des circuits, des entraînements spécifiques et des séances au simulateur. Désormais, il leur appartient d’exploiter au mieux ces atouts ! »

Trois rookies à l’école des champions

Dans la foulée de la fin de saison, Sander Dorsman dresse ses premières observations sur ses protégés.

« Il n’y a pas trop eu de surprises », affirmait-il. « La Formule Renault Eurocup est toujours aussi relevée et notre principal défi cette saison était d’y évoluer avec trois rookies alors que certains effectuent leur deuxième année, voire leur troisième. Cela leur offre un avantage sur le plan de l’expérience, encore plus quand ils se retrouvent dans la même équipe ! »

Dès la première course de la saison à Monza, MP Motorsport entrait dans les points avec Richard Verschoor. Le lendemain, Neil Verhagen terminait au pied du podium pour remporter sa première victoire chez les rookies.

Richard Verschoor se montrait ensuite régulier dans le top dix avant un mois de juillet difficile, pourtant commencé par les premiers points de Jarno Opmeer et le premier podium de Neil Verhagen au Hungaroring. L’Américain s’offrait ensuite un deuxième succès chez les rookies sur le Circuit de Spa-Francorchamps. Entretemps, les deux pensionnaires du Red Bull Junior Team s’étaient offerts leur première victoire en Formule Renault NEC à Assen début août.

Après la pause estivale, MP Motorsport et ses pilotes haussaient le rythme puisque les trois derniers meetings voyaient la structure néerlandaise placer au moins deux voitures dans les points à chaque course. Richard Verschoor réalisait même le triplé chez les rookies à Barcelone, tandis que Jarno Opmeer et Neil Verhagen se mêlaient à des outsiders plus expérimentés.

« Ces campagnes sont caractéristiques des années de découverte », expliquait Sander Dorsman. « C’était ainsi une surprise de voir Neil sur le podium en Hongrie alors qu’il n’y avait jamais piloté auparavant. En parallèle, Richard était bien placé, mais un accrochage l’a empêché de concrétiser et de briller comme il aurait pu. »

« Après la pause estivale, ils ont progressivement atteint leur objectif qui était de démontrer leurs progrès au fil de l’année. Tous les trois ont grandement su élever leur niveau de pilotage. Nous voyons que la mayonnaise a pris puisque nous comptons onze entrées dans les points sur les sept premiers meetings, mais dix-sept sur les trois derniers rendez-vous ayant eu lieu sur des tracés techniques tels que le Circuit Paul Ricard, Spa-Francorchamps ou Barcelone ! Nous sommes donc parvenus à leur instiller un maximum d’expérience et d’informations pour qu’ils puissent jouer le top cinq l’an prochain. »

Share