Pour le coup d’envoi de la saison sur les circuits français, la Clio Cup France promet du grand spectacle au public des Coupes de Pâques de Nogaro (1er - 2 avril). Avec un plateau de 38 voitures – un record depuis 2009 ! – la succession de Marc Guillot s’annonce des plus ouvertes.

Saison après saison, le succès de la Clio Cup France ne se dément pas, bien au contraire ! Attirés par le plaisir de pilotage procuré par la voiture, l’ambiance conviviale régnant dans le paddock, le niveau de la compétition dans les trois catégories et le coût d’exploitation maîtrisé, les pilotes sont chaque année plus nombreux. À Nogaro, ils seront trente-huit pour le meeting d’ouverture, répartis parmi quinze équipes. Il faut remonter à 2009 pour retrouver une grille aussi fournie !

Cette saison 2009 avait d’ailleurs été marquée par le tout premier titre d’un certain… Nicolas Milan. Depuis, le pilote-préparateur du Lot-et-Garonne a été sacré à trois autres reprises (2010, 2011 et 2014), tout en contribuant activement aux couronnes de Marc Guillot (2012, 2015 et 2017). Ce dernier ne pouvant pas remettre son titre en jeu, c’est bien le « boss » qui va repartir à l’assaut de la Cup, face à une opposition très musclée.

À Nogaro, la menace viendra d’abord de Thibaut Bossy (TB2S), un autre pilote-préparateur qui évoluera près de ses bases ! L’an passé, il avait remporté les deux courses gersoises avant de collectionner les podiums pour finir dans le top 5 final.

Longtemps en lice pour le titre l’an passé, Benoit Castagné (Raiwoit Racing) revient également avec de grandes ambitions. La saison 2017 s’était achevée par son duel avec Nicolas Milan au Paul Ricard et il se pourrait bien que la bagarre reprenne de plus belle à Nogaro, un circuit sur lequel Castagné avait signé une pole position l’an dernier.

Il en va de même pour Dorian Guldenfels (GPA Racing), l’autre poleman de Nogaro en 2017. Après avoir survolé la catégorie Junior pour sa première saison en Clio Cup France, l’ancien kartman doit désormais viser le classement général et il sera sans doute un prétendant permanent à la victoire.

Dans le top 10 l’an passé, Jérémy Curty (TB2S), Pierre-Étienne Chaumat (TB2S), Corentin Tierce (Tierce Racing) et Alexandre Gadois (Autosport GP) devraient être en mesure de jouer une place sur le podium. Attention également aux revenants, tel Julien Neveu (Autosport GP), septième en 2016 et parti s’essayer au LMP3 l’an passé.

Yoann Baziret, absent des paddocks depuis sa troisième place en 2012, est également de retour avec son équipe Setup Racing. La formation normande engagera cinq Clio, dont une pour son frère Julien. On suivra attentivement les progrès d’Anthony Jurado, plutôt habitué aux courses de SSV jusque-là, et d’Arnaud Gautier, vainqueur de la Coupe de France des Rallyes 2009. Le Normand est un fidèle de Renault Sport, puisqu’il évoluait ces dernières saisons sur des Clio R3 et Mégane N4.

JUNIORS : LES CARTES SONT REDISTRIBUÉES

Huit pilotes sont inscrits en catégorie Juniors. Évidemment, la faveur des pronostics va à Corentin Tierce, dauphin de Guldenfels l’an passé. Sur sa route, il retrouvera en premier lieu les redoublants, comme son frère Pierre, Edwyn Traynard (Autosport GP) et Adeline Prudent (Prudent Compétition), la seule féminine du plateau. La catégorie se renforce avec l’arrivée de nouveaux pilotes, qui tenteront de se faire une place au soleil : David Bouet (Autosport GP), Loïc Brondeau (TB2S) et Marc de Fulgencio (Team VRT), qui ne pourra toutefois pas marquer de points puisqu’il est engagé sous licence espagnole.

GENTLEMEN : ON PREND LES MÊMES !

À l’inverse, la catégorie Gentlemen fait preuve d’une remarquable stabilité, puisque le top 5 de 2017 va continuer à en découdre. Mickaël Carrée (T2CM) devra défendre son titre face à Samuel et Emmanuel Raffin (Autosport GP), Stéphane Auriacombe (Tierce Racing) et David Pajot (Vic’Team). Au sein d’une nouvelle équipe, ce dernier tentera de poursuivre sur la lancée de ses excellentes performances en fin de saison dernière.

Mais ces jeunes hommes pourraient être mis d’accord par un sérieux concurrent, qui revient sur les circuits pour fêter ses soixante-dix ans : Luc Galmard ! Pilier des formules monotype Renault Sport dans les années 80 et 90, de la Coupe R5 Turbo à la R21 Europa Cup en passant par la Coupe Clio 16S (2e en 1995), le coiffeur de la Sarthe se dit impatient de retrouver le sport automobile après quinze ans de pause. Un concurrent à suivre de près !

PROGRAMME NOGARO

Vendredi 30 mars
10h10 : essais privés (30’)
15h10 : essais privés (30’)

Samedi 31 mars
10h10 : essais privés (30’)
15h10 : essais privés (30’)

Dimanche 1er avril
09h50 : qualifications 1 (20’)
14h00 : course 1 (25’ + 1 tour)

Lundi 2 avril
09h40 : qualifications 2 (20’)
15h25 : course 2 (25’ + 1 tour)

CALENDRIER 2018
1er – 2 avril : Nogaro
12-13 mai : Pau
23-24 juin : Valencia (Espagne)
14-15 juillet : Dijon-Prenois
8-9 septembre : Magny-Cours
3-4 novembre : Paul Ricard

Liste des engagés

share